Le numérique comme méthodes et terrains, perspectives féministes : retour sur le colloque NuMFem

Un colloque qui propose de présenter ses méthodes de travail sur un terrain numérique et de discuter des questions de genre avec d’autres personnes rencontrant les mêmes problématiques ? Les 29 et 30 juin 2023, nous y étions !

Photo de l'affiche du colloque NumFem
L’affiche du colloque NuMFem

Être un chercheur et une chercheuse pour les personnes enquêtées

Que ce soit pour enquêter sur les plateformes de rencontres, sur les communautés fat-activistes ou les groupes de personnes trans, la question de la position de la chercheuse ou du chercheur était un fil conducteur du colloque. Comment entrer en contact avec le public que l’on étudie ? Comment assurer sa sécurité matériel et mettre à l’aise lors des entretiens ? Comment se faire accepter ? Où faire se dérouler les entrevues, notamment pour aborder des sujets qui touchent à l’intimité ?

En pratique, c’est des astuces et selon les termes employés “du bricolage”. Quand le terrain numérique est une application de rencontre, même en se présentant comme intervenant dans le domaine de la recherche, la personne enquêtée à parfois des messages ambigus. L’astuce trouvée ? Répondre par des émojis à la signification floue pour ne pas couper le contact mais marquer sa gêne. En entretien, on vient avec une personne là pour “aider à la technique” et réaffirmer symboliquement l’aspect professionnel de l’entrevue. Toutes les interventions sont claires : la séduction est bien plus présente que dans d’autres terrains.

Faire partie ou pas des communautés étudiées

Faire son terrain numérique avec les questions de genre engendre automatiquement un questionnement pour le chercheur et la chercheuse. On fait partie de la communauté ? On a plus facilement accès au terrain de recherche mais, du fait de ce même statut, une partie de la communauté de la recherche estime que nous ne sommes pas neutres. Les valeurs qui guident les études menées ont aussi plusieurs fois été rappelées, comme le care par exemple. La recherche est donc située, ce qui n’est quasiment pas interrogé dans d’autres domaines. Le colloque présentait le cas inverse : une personne ne faisait pas partie du groupe étudié, ce qui a été un frein dans l’accès à son terrain. Elle a eu plus de difficultés à faire ses recherches, entre tests de la communauté sur son niveau de connaissance du sujet et recommandations effectuées par des figures respectées du milieu.

Quel terrain numérique choisir ?

A chaque présentation, on expliquait le choix de la plateforme numérique. Pour certaines personnes, elles l’utilisaient déjà de manière privée, et étaient donc à l’aise. Mais lorsque l’on ne connaît pas l’outil, on perd beaucoup de temps, notamment sur l’aspect technique. Or, le temps n’est pas infini en recherche, c’était d’ailleurs un écueil puisque le terrain, glissé dans la poche, nous suit partout et tout le temps.

Parfois, la personne sait ce qu’elle veut mais n’y parvient pas pour des questions d’accès de la plateforme ou des manques de compétences techniques.

Plusieurs personnes ont utilisé l’algorithme pour agrandir grâce à lui leur corpus de recherche. En s’abonnant à des comptes, d’autres sont proposés, auxquels on s’abonne et ainsi de suite. Lorsque l’on arrive à saturation de la bulle sur le sujet, le terrain est complet mais avec un risque de laisser des sous-communautés en autarcie. Le terme “asphyxie numérique” a été proposé ainsi que “positionnement techniquement situé”.

Il y a aussi les lieux que la recherche n’a plus légalement le droit d’étudier, comme les groupes privés Facebook ou WhatsApp… Ce qui n’empêche pas les chercheurs et les chercheuses d’aller observer sans pouvoir le valoriser.

Quand le RGPD protège le chercheur et la chercheuse

Compte-tenu des sujets abordés, l’éthique est souvent revenue dans les présentations. Alors que dans mon quotidien le Règlement général sur la protection des données est vu comme un obstacle, ici il protège aussi bien les personnes enquêtées que le monde de la recherche.

Par exemple, les posts utilisés dans la recherche sont anonymisés, parfois réécrits avec des synonymes et passés dans les moteurs de recherche pour garantir que la personne à protéger ne puisse pas être retrouvée. Sur le même principe, l’IA est aussi mobilisée pour produire des images ressemblantes sur le sujet étudié. Cela nécessite une connaissance fine des possibilités de la plateforme.

La question de savoir à qui profite la recherche a également été abordée : comment protéger les personnes enquêtées des effets négatifs de la recherche ? Dans quels espaces faire circuler les résultats de la recherche ? A été abordé le rapport bénéfice-risque sur trois niveaux : celui des membres du groupes, des groupes et des communautés.

Wikif : notre présentation et les réactions

Pour notre communication, axée sur les obstacles rencontrés dans nos recherches, nous avons montré nos questionnements sur nos corpus (Wikidata et Wikipédia), le positionnement choisi face à ces difficultés, présenté quelques résultats préliminaires (graphes, statistiques comparées) avec les problèmes méthodologiques qui en découlent et exposé les premiers résultats de l’import des médailles d’argent du CNRS.

Les questions du public ont porté sur les critères d’admissibilité d’une page Wikipédia : preuve qu’il faut toujours rappeler ce qui devient une évidence quand on travaille sur un sujet. Ces interrogations se sont prolongées aux pauses : Wikipédia est donc toujours méconnu dans son fonctionnement. Par contre, les personnes présentes citent des noms de wikipédiens et de wikipédiennes, ainsi que les chercheurs et chercheuses travaillant sur le sujet. Ce qui a été marquant, ce fut la joie et les remerciements qui ont suivi la présentation de l’opération de remédiation.

Bilan

Où est le numérique non-propriétaire ?

Sauf si cela a été abordé dans une présentation où j’étais absente, aucune autre personne ne travaillait sur un commun libre. Mastodon, que l’on présente souvent comme l’alternative à Twitter, était absent… Quand le nom en lui-même n’était pas inconnu du public. Si le problème n’est pas de travailler sur des plateformes propriétaires, cette omniprésence me pose véritablement question et ce désintérêt pour les autres espaces numériques n’a quasiment pas été abordé durant le colloque.

Quelle reproductibilité de la recherche ?

Si j’ai été intéressée par les méthodes se fiant à l’algorithme pour construire un terrain et obtenir un corpus, la possibilité de refaire et reproduire la recherche menée n’a pas vraiment été abordée. Pourtant, les algorithmes peuvent changer au cours du temps (il faudrait indiquer les dates de la recherche ?) et nous ne savons pas comment il est codé. Peut-être faudrait-il recommencer le processus deux ou trois fois pour voir si l’on arrive aux mêmes résultats ? Dans tous les cas, donner toute confiance à un algorithme pour mener une partie de sa recherche m’a laissée songeuse.

Un colloque parisien… Sans les Parisiens et les Parisiennes

D’un point de vue logistique, ce déplacement Pau-Paris a été fait en train avec une nuit d’hôtel sur place : c’est un coût, pris en charge par le projet WIKIF. J’ai été déçue d’entendre que des collègues de Paris et ses environs refusaient de faire 1h de trajet pour venir au colloque et préféraient la visio (“c’est fatiguant les transports à Paris”, “c’est jour de télétravail”). Il y avait parfois trois fois plus de personnes à distance par rapport à la salle. Si j’ai beaucoup apprécié les discussions lors des pauses, j’ai trouvé dommage de ne pas pouvoir échanger avec les chercheurs et les chercheuses à distance. Cette hybridation numérique et présentiel (par des rendez-vous en ligne ? Des animations en ligne et dans la salle ?), pour un colloque justement sur cette thématique, reste à construire.

Un grand merci à toute l’équipe du colloque NuMFe pour l’organisation de ces journées.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Delphine Montagne (16 octobre 2023). Le numérique comme méthodes et terrains, perspectives féministes : retour sur le colloque NuMFem. Wikif. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvp4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.