Comment préparer la liste de travail d’un éditathon Wikipédia sur des femmes scientifiques ?

Une part de la réussite d’un éditathon, comme celui réalisé avec les sans pagEs, tient au minutieux travail de préparation en amont de l’atelier. Voici quelques suggestions pour construire la liste de travail.

Conseil 1 : Partez de l’existant

Alors que les tâches de lectrice, éditrice et correctrice sont habituellement séparées dans le chaîne de l’édition, Wikipédia a la particularité de permettre à tout le monde de participer à ces différents rôles. Il existe donc différentes manières de faire une première contribution à l’encyclopédie.

Enrichir une biographie existante

Wikipédia existe depuis vingt ans : c’est donc plus de 700 000 biographies qui ont été rédigées au fil des années. Ces pages n’ont pas toutes eu la chance d’avoir une relecture depuis leur création, d’autres sont à mettre à jour, quand elles ne sont pas lapidaires et donc à enrichir. Ce sont des activités idéales pour les personnes qui débutent : on peut y faire de petites modifications ou de très importantes, ajouter une source ou une photo… Et surtout changer de sujet rapidement s’il ne plaît pas, tout en s’imprégnant de l’écriture et de la structure de Wikipédia.

Malheureusement, cette activité qui se rapproche de la maintenance n’est pas toujours valorisée. Pourtant corriger une coquille, rajouter une virgule, rendre un passage plus clair, vulgariser des termes, améliorer le style en trouvant un synonyme à un mot en double, illustrer… Toutes ces modifications permettent d’améliorer un article. Quant au fait de mettre à jour des sections et de rajouter des sources, ce travail précieux améliore la fiabilité de l’encyclopédie sur le long terme.

Photo de Lauren Esposito : une femme en habit bleu marine, une bonnet sur la tête et tube d'observation autour du cou.
Il est possible grâce à Commons d’illustrer la section “Travaux” d’une biographie avec une photo du sujet de recherche d’une scientifique. Photo : l’arachnologue Lauren Esposito.
Par Arachnerds, CC BY-SA

Je commence toujours ma liste de travail en valorisant cette action et en proposant des pistes : je liste des biographies pas trop longues de personnes de référence dans la discipline. Je vais aussi extraire les articles au plus faible nombre d’octets ou avec la plus lointaine mise à jour grâce à Petscan (voir un exemple ici avec la catégorie femme géographe).

J’emprunte aussi quelques livres généraux ou des publications spécifiques en lien avec le sujet qui pourront nourrir un large éventail de pages. Ces documents ont la préférence des personnes plus à l’aise avec le papier qu’avec les nombreux onglets ouverts sur un moteur de recherche.

S’appuyer sur les projets connexes

Sur Wikipédia, les contributions sont en licence Creative Commons (CC-BY-SA) : renseignez-vous sur des ateliers passés et sur des projets proches qui ont déjà créé une liste de travail. Cette synthèse n’est jamais complétement traitée (en témoignent par exemple les ateliers de Toulouse ou cet atelier sur les statistiques).

Un autre projet intéressant est celui de Les Mille pages. Il a généré plus de 1 000 pages de scientifiques, traduites de manière semi-automatique de l’anglais vers le français, et en attente de leur publication sur l’espace principal de Wikipédia. Il faut une relecture attentive des biographies pour chasser les maladresses de traduction et les coquilles (voire l’écriture sexiste et les biais de genre). Parfois de sérieux ajouts de sources sont nécessaires voire un réagencement des parties. Ces pages sont classées par spécialité mais nécessitent une vérification de leur admissibilité sur Wikipédia en français (voir la section dédiée de ce post).

Conseil 2 : s’inspirer du travail des autres langues de Wikipédia

Wikipédia existe dans plus de 300 langues et chaque version linguistique développe sa propre version de article. Certaines biographies peuvent ainsi ne pas exister en français mais être présentes dans d’autres langues.

La traduction d’articles permet de faire connaître des scientifiques qui sont des références dans le monde mais absentes de Wikipédia en français. Elle est permise grâce à la licence de l’encyclopédie qui permet des créations dérivées des écrits.

En plus d’agir sur le biais géographique de l’encyclopédie, cette internationalisation des biographies apporte parfois un éclairage de la discipline légèrement différent voire des méthodologies inhabituelles pour le milieu francophone.

Il existe, grâce à la base de données Wikidata, des listes par type de métier, mises à jour de manière automatique (par exemple ici sur les femmes géographes). Elles s’appuient sur une requête SPARQL dont voici une version que l’on peut adapter à sa spécialité.

Panel d'une vingtaine de géographes de tous les âges et nationalités.
Le projet des Femmes géographes de les sans pagEs s’est appuyé sur le travail de rédaction d’articles dans d’autres langues que le français pour enrichir sa liste de travail.
Source : compilation d’images en Creative Commons.

A noter qu’il existe également un groupe sur Wikipédia en anglais qui regroupe des noms de potentielles nobélisables afin de rédiger leur biographie.

Néanmoins pour chaque cas, il faut vérifier leur admissibilité sur Wikipédia en français (voir la section dédiée de ce post, bis repetita).

Conseil 3 : appuyez-vous sur les biographies admissibles par défaut

Une scientifique a le droit de fait à une biographie sur Wikipédia quant elle remplit l’un de ces critères d’admissibilité :

  • Avoir été le sujet principal d’un ouvrage publié à compte d’éditeur ;
  • Être mentionnée dans une encyclopédie de référence (Dictionnaire universel des créatrices, Encyclopædia Universalis, Encyclopædia Britannica, etc.) ;
  • Avoir reçu un prix scientifique reconnu nationalement ou internationalement (prix Nobel, médaille d’or ou d’argent du CNRS, médaille Fields, prix Acfas ou une autre distinction bénéficiant d’une reconnaissance similaire) ;
  • Avoir été le sujet principal d’au moins deux articles ou émissions espacés d’au moins 24 mois dans des médias d’envergure nationale ou internationale ;
  • Être considérée comme étant à l’origine d’une théorie largement diffusée ;
  • Être considérée comme un autrice de référence dans le domaine concerné ;

J’ai classé ces critères en fonction de la facilité avec laquelle une personne débutante pourra y répondre. Si trouver un ouvrage sur une personne est aisé grâce aux catalogues des bibliothèques et ne nécessite pas de vrai développement, dans ce billet, je vous propose un zoom sur deux critères : les entrées encyclopédiques et les médailles.

Éplucher les encyclopédies

Le Dictionnaire universel des créatrices est disponible en ligne et propose un classement thématique. Une chercheuse qui y est présente a le droit automatiquement à une biographie sur Wikipédia. La version papier est diffusée dans les bibliothèques (voir la bibliothèque la plus proche de chez soi et en France le SUDOC). C’est une excellente source, claire et accessible, pour débuter la rédaction d’une biographie sur Wikipédia.

Trouver les prix et distinctions

Obtenir une médaille d’argent du CNRS donne le droit à une biographie sur Wikipédia en français. C’est pour cette raison que le projet Wikif a réalisé des démarches de mise en open data ainsi que plusieurs recherches pour compléter le recensement, de l’année 1954 jusqu’à aujourd’hui. Cette liste propose de nombreuses chercheuses médaillées sans biographie. Toutefois, à la date de ce billet, la liste de toutes les médaillées reste incomplète, notamment pour les premières années.

La préparation de la liste de travail est justement l’opportunité de réfléchir aux prix, hommages et récompenses décernées dans son domaine ou par son université (existe-t-il une liste de docteur honoris causa ?) et de les ajouter sur Wikidata. C’est également un levier pour faire publier par les services ces listes sur leur site internet. En effet, même si tous ces prix ne donnent pas forcément droit à une page, ils pourront être un déclencheur d’une biographie pour d’autres langues de Wikipédia. Par exemple, la médaille de bronze du CNRS, décernée généralement en début de carrière ne suffit pas à démontrer la notoriété scientifique sur le long terme. Toutefois, complétée plus tard par d’autres récompenses, cela démontrera la reconnaissance continue de la communauté scientifique pour les travaux réalisés, et donc cette fameuse notoriété.

Conseil 4 : s’appuyer sur les connaissances des spécialistes

Si ces “filons de noms de femmes” (j’ai trouvé le terme sous la plume de la vulgarisatrice Florence Porcel), c’est à dire des compilations de femmes notables, ne suffisent pas, il est temps de faire appel aux collègues. Le lancement du projet des femmes géographes s’est fait grâce à un questionnaire d’Anne-Laure Amilhat Szary sur la liste de diffusion Geotamtam qui a permis de lister des premiers noms.

Il faut ensuite vérifier leur admissibilité selon la liste ci-dessus. Si les trois premiers critères sont faciles à vérifier, les trois suivants demandent de noter les différentes sources qui attestent de la notoriété. En les ajoutant sur la liste de travail, on aide les novices en les laissant se focaliser sur l’écriture. A noter que les deux derniers critères sont à suggérer aux personnes expérimentées habituées à écrire, et surtout à sourcer, sur Wikipédia en français.

Conseil 5 : trouver des scientifiques-artistes

Certaines scientifiques ne sont pas notables avec les critères spécifiques à la recherche mais le sont tout à fait grâce à une autre activité d’artiste ou d’autrice. Souvent, les deux activités se complètent et s’enrichissent, ce qui apporte un relief particulier à la biographie.

Je conseille de glisser au moins une de ces biographies dans une liste de travail. Si certaines personnes ne sont pas à l’aise avec la spécialité, cette biographie leur est plus accessible tout en leur offrant de participer pleinement à l’atelier.

Photo de Caitlin O'Connell-Rodwell : une femme d'âge moyen aux longs cheveux blonds, une robe rouge, un foulard doré autour du cou.
L’écologue Caitlin O’Connell-Rodwell a rédigé de nombreux ouvrages de vulgarisation sur ses recherches.
Par Yerpo, CC BY-SA 4.0.

Conseil 6 : mobiliser le service patrimoine des institutions

Plusieurs structures ont profité d’un atelier Wikipédia pour valoriser les scientifiques de renoms passées dans leurs murs, mais aussi leurs pionnières et plus généralement leurs figures historiques. Le service patrimoine, le service archive, voire valorisation, peuvent suggérer des listes de noms, qu’ils prolongent parfois par une exposition, une mise en libre-accès de photos anciennes, voire par la rédaction et la publication des notices bibliographiques dans des revues universitaires etc.

C’est dans ce cadre qu’en République Tchèque, la géographe Julie Moschelesová a fait l’objet d’une exposition sur ses recherches. Aux Pays-Bas, la biographie de Jacoba Hol a été rédigée par les actuels élèves de son ancien employeur, l’université d’Utrecht, qui a également mis en libre-accès sa photo.

Photo noir et blanc de Jacoba Hol, à son bureau, en pleine rédaction d'une texte au stylo plume. Elle a les cheveux noirs bouclés, un chandail sombre 3/4 de manches, un bijou au poignet. Autour d'elle, machine à écrire, étagère de libres et piles de papiers.
Jacoba Hol, une des premières professeures de géographie aux Pays-Bas, avec une photo par l’Universiteit Utrecht — University Museum Utrecht.

En Suisse, l’Université de Lausanne propose régulièrement des ateliers dédiés à la rédaction de biographies de femmes scientifiques. De même, en Belgique, l’université de Liège a établi un partenariat avec Wikimédia Belgique comportant la rédaction de biographies de femmes scientifiques.

Ces apports vont au delà d’un simple atelier en le transformant en événement se rattachant à la science ouverte. Cela peut être une opportunité de proposer à sa structure de poursuivre cet engagement sur le long terme en candidatant au label Culture libre, qui valorise l’action d’une structure autour des projets Wikimédia.

Bibliographie

Guide pour organiser un éditathon femmes et sciences, 2022, La Casemate.

Remerciements

Cette synthèse n’aurait pas pu être réalisée sans une participation régulière aux ateliers de les sans pagEs où ce type de liste est une habitude de travail.

Merci à Pierre-Yves Beaudouin, wikimédien en résidence en Nouvelle-Aquitaine, pour la présentation de l’outil Petscan (voir son Moodle sur les données ouvertes de Wikimédia).



Citer ce billet
Delphine Montagne (2024, 18 avril). Comment préparer la liste de travail d’un éditathon Wikipédia sur des femmes scientifiques ? Wikif. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8ez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.