Qui sont les médaillées d’argent du CNRS ? [science en cours de réalisation]

Dans un article précédent, nous annoncions l’intégration sur Wikidata du travail de recensement des noms des personnes médaillées d’argent par le CNRS. Dans ce billet évolutif, nous vous proposons de suivre en direct l’exploration de ce corpus de données et les améliorations que nous y apportons. Nous le rédigeons grâce aux résultats mis à jour automatiquement grâce à des requêtes SPARQL. Nous y intégrerons également nos échanges avec la communauté Wikidata/Wikipédia.

Le fond en couleur et les mots barrés représentent les ajouts et les modifications au fil de notre parcours.

Si certains noms existaient déjà, 23 21 pages Wikidata de femmes ont été ajoutées, soit 23 21 biographies automatiquement admissibles pour Wikipédia. Les femmes pouvant être connues sous leur nom de naissance et leur nom de femme mariée, ces chiffres sont provisoires et évolueront lorsque des potentiels doublons seront trouvés dans Wikidata.

Étude disciplinaire des médaillées

Quelles sont, d’après Wikidata, les “occupations”, souvent multiples, des femmes médaillées d’argent du CNRS ? Au 25 septembre 2023, apparaît en premier le travail de “chercheuse”, résultat logique puisqu’il a été ajouté par défaut à toutes les personnes médaillées lors de notre import des récompenses. On trouve des mentions proches, professeure des universités/professeure d’université (à fusionner ?), enseignante et directrice de recherche au CNRS.

Ces cas mis de côté, au 25 septembre, elles sont par ordre d’occurrence : physicienne, biologiste, chimiste et mathématicienne. Mais en prenant les occupations avec leurs sous-spécialités, c’est le métier de biologiste qui est le plus récompensé. En sciences humaines, ces récompenses vont à l’archéologue puis, à égalité, aux économistes et aux historiennes.

Au 25 septembre 2023

Les “domaines d’activité” des médaillées permettent d’explorer de manière plus fine les spécialités récompensées. On note que certains ajustements et nettoyages sont nécessaires, notamment pour donner un nom français à des spécialités connues uniquement sous leur identifiant Wikidata (par exemple Q48258816).

Au 25 septembre 2023

Parcours des médaillées

Les informations biographiques des médaillées sont intégrées dans Wikidata essentiellement à leur décès ou, plus rarement, quand la personne a une visibilité publique voire médiatique.

La nationalité des médaillées, est, sans surprise, majoritairement française. Mais le plus intéressant se trouve dans les différentes nationalités étrangères à la France. La liste au 25 septembre 2023 en liste 16. Pour l’expliquer, on peut penser à la proximité géographique pour les pays limitrophes à la France (Suisse, Italie, Allemagne, Belgique) ou peut-être la proximité historique (Algérie auparavant française, migrations espagnoles et portugaise) auxquelles peuvent se mêler des trajectoires familiales pour les autres pays (guerre, mariage). Ces pistes sont à explorer en retraçant le parcours personnel de ces scientifiques.

Grâce au Fichier des décès en France, on peut renseigner dans Wikidata le lieu de naissance des personnes décédées. Au 25 septembre, cette information reste parcellaire, puisque présente dans moins de la moitié du corpus. Ce n’est pas un obstacle puisque l’analyse est essentiellement à prendre d’un point de vue historique, en donnant des indications sur le milieu d’origine de la scientifique. Pour les personnes encore en vie, cette information est généralement disponible à l’échelle du pays ou, plus rare, de la région. La carte qui en découle permet de découvrir facilement des médaillées ayant habité dans un lieu proche de chez soi.

Au 25 septembre 2023

Sur cette carte mondiale, on note la prédominance de Paris, puisqu’au 25 septembre 2023, 19 personnes y sont nées. En province, on voit apparaître quelques villes moyennes (Lille, Lyon, Nancy…). Au niveau international, on note les zones de présence, l’Europe notamment de l’est, et les vides : absence de l’Amérique du Nord, du Moyen-Orient, de toute l’Asie (en mettant de côté la Russie/URSS) et l’Océanie.

Étude de cas

Au cours de notre exploration, plusieurs chercheuses ont été des cas particuliers : nous proposons de revenir dessus pour témoigner du processus de recherche qui est une étape indispensable pour préparer la création d’une page Wikipédia.

26 septembre 2023. Nom de naissance étranger et nom de femme mariée

Katalin Paris est mentionnée par le Comité pour l’histoire du CNRS comme médaillée d’argent en sciences humaines et sociales. Ajoutée sur Wikidata lors notre import, les moteurs de recherche étaient muets à son sujet. Grâce à l’outil “Authority contol” de Wikidata, c’est en fait sous son nom francisé, Catherine Paris, qu’elle est indexée dans les bases de données. C’est d’ailleurs sous ce nom qu’elle avait déjà sa page sur Wikidata : les deux pages ont donc été depuis fusionnées. Le site internet ID REF et le site de la BNF indiquent sa spécialité, la linguistique, et qu’elle est depuis décédée. Mais malgré ces indications, le Fichier des personnes décédées est, lui aussi, resté muet. C’est finalement en trouvant un article de l’historien Robert Paris qui utilise des analyses linguistiques réalisées par Catherine Paris (sa femme, donc), qu’il a été possible, enfin, de trouver la fiche de Katalin Elod renseignant son lieu de décès, mais surtout sa nationalité, son lieu et date de naissance. Toutes ces identités étaient nécessaires pour pouvoir reconstituer son parcours : cette scientifique hongroise entre comme linguiste au CNRS jusqu’à devenir directrice de recherche, autrice d’un précieux dictionnaire abzakh plusieurs fois réédité, présidente de la Société de linguistique de Paris, qui a, nous apprend ID REF, traduit un texte du russe au français très vraisemblablement pour son époux, l’historien des mouvements sociaux Robert Paris. Les sources ne mentionnent pas si son statut de linguiste a eu une influence sur ce changement complet de patronyme !

8 janvier 2024. Erreur 404 : travailler sur un corpus avec Wayback Machine

Cécile Morrisson est historienne et spécialiste de l’étude des monnaies et des médailles, travaux pour lesquels elle est récompensée par le CNRS. Mais en quelle année ? Les archives du CNRS indiquent 1997, tout comme sa page Wikipédia qui ne cite pas sa source, tandis que son CV mentionne 1998. Pour départager ces deux sources, il en faut une troisième qui est offerte par Marie-Claude Gaudel.

Marie-Claude Gaudel a été récompensée pour ses travaux sur différents langages, dont celui PLUSS.
Par Eric Walter, CC BY-SA 4.0.

Sur la page Wikipédia de cette informaticienne, sa médaille d’argent de 1996 est sourcée avec le site internet du CNRS, en date de 2015 est-il précisé. Mais le site du CNRS a depuis évolué, ce qui renvoi en 2024 vers une erreur 404. Elle signifie ici que l’URL pointe sur aucune ressource sur le serveur du CNRS. Par contre, la page est disponible sur les Archives d’internet qui proposent 48 sauvegardes à travers le temps. Comment obtenir la page des médailles de 1997 à partir de l’année 1996 ? Il suffit de changer la fin de l’URL “https://www.cnrs.fr/cw/fr/nomi/prix/argent96.html” par “https://www.cnrs.fr/cw/fr/nomi/prix/argent97.html” pour avoir de Wayback Machine la liste des personnes médaillées en 1997. Elle confirme que Cécile Morrisson a été récompensée en 1997, avec une remise du prix certainement l’année suivante qui l’a fort logiquement davantage marquée. Malheureusement, Wayback Machine n’a été mis en place qu’en 1996, ce qui rend impossible les recherches à une date antérieure (mais permet néanmoins de redécouvrir le site du CNRS en 1997). Ces recherches croisées sont possibles grâce au travail sur un corpus bien défini, les médailles d’argent, qui permet de recouper des sources de synthèse éparpillées au gré des biographies. Faire une exploration dans le temps et dans le web pour garantir une vraie date de médaille à une numismate : l’effort était logique à réaliser.

15 février 2024. Retour sur le millésime des médailles de 2024

Sur les 25 noms de la promotion 2024, on compte 14 femmes scientifiques. L’une d’elles n’avait pas de page Wikidata, quand tous les hommes avaient leur identifiant sur la base de données. Parmi les six femmes à avoir une page Wikipédia, cinq l’ont en anglais, dont une rédigée par David Eppstein, contributeur déjà mentionné dans un article précédent, et trois ont leur page sur Wikipédia en français. Il est impossible de savoir si ces manques sont dus aux critères d’admissibilité sur l’encyclopédie française ou au manque d’intérêt de la part de la communauté française sur les biographies de scientifiques. Ce taux de biographies reste néanmoins plus important que chez les hommes. Par contre, il y a plus de photos chez les hommes que chez les femmes médaillées.

A la date de cette section, la physicienne Eleni Diamanti est la seule médaillée à avoir une photo en 2024.
Par Olivier Ezratty, CC BY-SA 4.0.

On retrouve une constante, des scientifiques récompensées comme l’ont été aussi les personnes qui ont dirigé leur thèse : la climatologue Amaelle Landais-Israël a eu comme directeur Jean Jouzel (médaille d’or du CNRS en 2002) et comme co-directrice Valérie Masson-Delmotte (médaille d’argent en 2019). La nouveauté se trouve dans le taux de féminisation, l’un des plus élevés dans l’histoire de cette récompense, avec 11 hommes parmi les personnes médaillées.

22 février 2024. Une semaine après : bilan des créations de biographies des médailles 2024

Lorsque des biographies deviennent admissibles, la communauté se saisit de cette opportunité. L’annonce de la liste des médaillées d’argent a immédiatement enclenché un travail de rédaction sur Wikipédia : en une semaine, six pages ont été créées par plusieurs contributeurs et contributrices. Une photo d’une médaillée a même été mise en libre accès sur Commons avec une coordination sur X/Twitter. Quant à Wikidata, il a été largement complété… Et donc les statistiques de cet article.

20 mars 2024. Chasse aux médailles sur la catégorie Wikipédia

Wikipédia propose une catégorie qui liste toutes les personnes ayant obtenu la médaille d’argent du CNRS. Jusqu’à présent, c’est à partir de Wikidata que les mentions de médailles avaient été listées et vérifiées. Alors certains noms sont-ils présents sur la catégorie Wikipédia et absents de Wikidata ? Un rapide différentiel a permis de dénicher un nouveau nom, l’astrophysicien Jean-Claude Pecker, prix confirmé par plusieurs sources. La médaille est ancienne puisqu’elle lui a été remise, d’après une IP anonyme de Wikipédia très bien informée, en 1956 (mais ici aucune source ne confirme cette date). Avec un seul nouveau nom pour cette recherche, comme indiqué sur un billet récent, chaque nouveau nom demande encore davantage d’efforts pour obtenir un (petit) résultat.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Delphine Montagne (25 septembre 2023). Qui sont les médaillées d’argent du CNRS ? [science en cours de réalisation]. Wikif. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvp2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.